Désulfuration des gaz de combustion

ETUDE DE CAS

  • 1 / Le contexte :

Afin d’éliminer les polluants de gaz de combustion provenant des centrales thermiques au charbon, des incinérateurs et des installations industrielles, une des méthodes utilisées est la désulfuration des gaz de combustion (DGC). C’est-à-dire l’élimination du dioxyde de soufre (SO2). en savoir plus

  • 2 / La problématique :

La jauge permettant de mesurer le niveau du fluide (le lait de chaux) intervenant dans le processus de désulfuration présente des disfonctionnements.
Cette jauge est reliée à un robinet boule présentant de multiples zones mortes. La chaux s’infiltre dans ces espaces, crée des dépôts provoquant des erreurs de mesure.
Pour palier à cette problématique, un opérateur utilisait une barre pour racler les parois et enlever mécaniquement les dépôts. Opération fréquente et dangereuse.

installation originale robinet desulfuration

  • 3 / La solution développée par Guichon : remplacer le robinet boule par un robinet piston en Hastelloy dont seul le piston pénètre dans la cuve

    LOGO GUICHON

vanne guichon_Desulfurisation

Avantages :

  1. Pas de zone morte
  2. Matière Hastelloy (pas de corrosion due au Chloride)
  3. Meilleur fonctionnement donc meilleur taux d’extraction du SO2= fumée moins polluée
  4. Fiabilité et simplicité de l’opération
  5. Taux d’utilisation de la chaux optimisé
  6. Sécurité de l’opérateur


Information sur le process Désulfuration
:

Afin d’éliminer les polluants de gaz de combustion provenant des centrales thermiques au charbon, des incinérateurs et des installations industrielles, une des méthodes utilisées est la désulfuration des gaz de combustion (DGC). C’est-à-dire l’élimination du dioxyde de soufre (SO2).


Exemple d'un processus de désulfurization

Exemple d’un processus de désulfurization

La chaux et le calcaire jouent un rôle important dans ce process, ils sont aussi utilisés pour éliminer d’autres polluants tels que le chlorure d’hydrogène (HCl), le trioxyde de soufre (SO3), les particules fines et le mercure. Aux États-Unis, le contrôle des émissions atmosphériques représentaient la deuxième industrie en importance à utiliser de la chaux en 2003, avec une consommation de plus de 3,4 millions de tonnes de chaux. La chaux et le calcaire sont utilisés à la fois pour les procédés de DGC humides ou secs.

Dans le cadre des procédés humides de DGC, ces produits sont mélangés à l’eau et pulvérisés dans un épurateur de gaz de combustion. Les gaz acides, généralement le SO2 et le HCl, sont absorbés dans l’eau où ils réagissent chimiquement avec la chaux et le calcaire. Les produits de cette réaction, principalement le sulfite de calcium, peuvent ensuite être oxydés pour produire du sulfate de calcium, un sous-produit du gypse commercialisable.

Dans tous ces procédés, les gaz acides se combinent à la chaux pour former un produit sec qui est retiré des gaz de combustion par des appareils de contrôle des particules tels que des dépoussiéreurs à manches filtrantes ou des précipitateurs électrostatiques.